L’ancien patron de La Fed, Ben Bernanke, n’a pas réussi à renégocier son prêt immobilier.

Ben Bernanke, l’ex patron de la Fed a annoncé pendant une conférence à Chicago que sa banque a simplement rejeté sa demande de renégociation de son prêt immobilier. Un fait divers qui peut prêter à sourire mais montre en fait les réalités du marché de l’immobilier dans une Amérique post crise des sub-prime.

Une situation absurde

C’est sur le ton de la confidence que Ben Bernanke a avoué à une salle comble lors d’une conférence sur l’immobilier que sa demande de renégociation de son prêt immobilier avait été rejetée par sa banque. Une situation d’autant plus absurde car jusqu’à il y a encore quelques mois, Ben Bernanke était le patron de la Reserve Fédérale des Etats Unies et responsable du taux d’intérêt pour le pays.

Ce haut cadre de la finance a touché 250 000 dollars l’an dernier grâce entre autres à son discours pendant la conférence de Chicago et vient aussi de signer un contrat pour l’écriture d’un livre qui pourrait atteindre plus d’un million de dollars. On fait donc difficilement plus financièrement stable que Ben Bernanke. Comment son profil a-t-il pu être rejeté par sa banque dans ces conditions ?

Des banques timides

L’ancien patron de la Fed s’explique. Son profil a été rejeté à cause du zèle des systèmes informatisés, qui sont devenus plus que pointilleux depuis que la crise des sub-primes a éclaté. Parce qu’il vient de changer de travail, son profil a été écarté automatiquement.

Avec cette annonce, Ben Bernanke critique les conditions d’accès à l’emprunt. Après des années à accorder des crédits presque sans vérifier, les banques sont aujourd’hui tombées dans l’excès inverse et proposent des conditions trop strictes pour l’obtention de prêt. Grâce à son discours marquant, il souhaite assouplir les conditions d’accès aux prêts, plus adapté au cas par cas.

La situation est d’autant plus agaçante que les taux de crédits sont incroyablement bas aux Etats Unis, à l’image de la France, c’est le moment d’acheter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *